Histoire

L’histoire du kitesurf débute à la fin des années 1970, avec plusieurs inventeurs qui déposent des brevets pour des voiles à traction aérienne de type cerf-volant. C’est en 1984 que naît une aile ressemblant davantage à ce nous connaissons aujourd’hui : c’est une paire de frères bretons aux noms de Dominique et Bruno Legaignoux qui déposent un brevet d’aile courbe à structure gonflable.

En 1992, Laurent Ness (champion de France 1997 de char à cerf-volant) se fait tracter par un cerf-volant delta (une aile triangulaire en V) sur une planche de funboard à La Grande-Motte. Au même moment nait le kiteski, une forme de ski nautique tractée par un cerf-volant. Dans la même décennie 90, Emmanuel Bertin et Laird Hamilton testent à Maui de nouvelles voiles mises au point par les frères Legaignoux, qui se sont lancés dans la production.

A l’opposé du côté technique et expérimental, l’aspect commercial du kitesurf se développe : les ventes d’ailes sont passées de 100 exemplaires en 1997 à 2 000 en 1999, 15 000 en 2001, environ 100 000 en 2010. Il y a 30 pratiquants en 1996, 500 en 1998 et 4 000 en 2001. Le premier championnat international a lieu en 2000 tandis que le premier tournoi français de freestyle est organisé en 2001. Il y avait 12 000 pratiquants en France en 2010, ils sont aujourd’hui plus de 50 000.

Le kitesurf, en France, est encadré par la Fédération Française de Vol Libre (FFVL), qui, en 1998, crée la formation de moniteur : il y en a 258 en 2010, mais seulement un peu plus de la moitié a le diplôme d’Etat. En novembre 2001 est créée l’International Kiteboarding Organisation (IKO). Lors du développement de 2000 à 2003, quelques accidents mortels incitent la FFVL à établir des normes de sécurité : un largueur de barre qui neutralise l'aile puis un second largueur de voile en cas extrême. Les ailes continuent de s’améliorer : en 2005, l’aile de type bow permet une traction plus équilibrée. Aujourd’hui, IKO établit également des normes de sécurité à l’échelle internationale, forme des moniteurs à qui elle donne des certifications, décerne des labels aux clubs qui sont un gage de qualité de service et de sécurité.

 Equipement

L'aile, comparable à une voile, fournit la traction nécessaire au déplacement. C’est pourquoi il est nécessaire de l’adapter aux conditions de vent. Les voiles mesurent généralement entre 3 m2 pour les conditions de vent fort ou les personnes légères et jusqu'à 20 m2 pour les vents légers. Il existe par ailleurs deux grands types d'ailes :

Les ailes à boudins gonflables où une structure est gonflée à l'aide d'une pompe, qui maintient le profil de l'aile et lui permet de redécoller de l'eau 

Les ailes à caissons, aux profils souples issus du parapente : les caissons de l'aile sont gonflés par le vent relatif. Sans gonflage préalable, elles sont plus rapides à gréer. Moins cintrées que les ailes à boudins elles ont une surface projetée plus importante, elles sont donc plus petites à traction équivalente.

Aile de kitesurf

Aile à boudin dans les airs

Les lignes sont d’une très grande résistance pour un faible poids et épaisseur (résistance d'environ 300 kg par ligne), ainsi que très peu d'élasticité. Les lignes avant transmettent la traction au harnais du kitesurfeur à travers une barre sur laquelle sont fixés les lignes arrières permettant de diriger l'aile et d'en moduler la puissance en jouant sur l'incidence.

En cours de navigation, la longueur des avants est fixe, alors que celle des arrières est modulée en tirant ou poussant la barre : augmenter ou diminuer la puissance de traction de l'aile est l'équivalent du border-choquer - il suffit de lâcher la barre pour réduire instantanément la traction.

Certaines ailes ont une 5e ligne au milieu du bord d'attaque facilitant un redécollage sans ça plus délicat qu'avec d'autres ailes. Le système de sécurité permet, en cas d'urgence, d'annuler la puissance de l'aile en libérant le harnais, puis en dernier ressort de se désolidariser de l’aile.

 

La board Twin tip board kitesurf

Planche Twin-tip

Deux familles de planches sont distinguées : directionnelles c'est-à-dire possédant un sens de navigation avec proue et poupe, et bidirectionnelles ou symétriques pouvant naviguer aussi bien dans un sens que dans l'autre et simplifiant la manœuvre de virement de bord.

Les planches directionnelles ont un sens de navigation. Elles possèdent un avant et un arrière. Il en existe trois types :

  • Les surfs souvent utilisés dans les vagues ;
  • Les planches de longue distance, qui ressemblent fortement à des surfs mais avec un très gros volume et une grande flottabilité ;
  • Les planches de vitesse, fines et effilées, qui permettent d'atteindre des vitesses très élevées.

Les planches bidirectionnelles, couramment appelées twin-tips sont symétriques. Elles peuvent naviguer dans les deux sens. Outre une simplification de la manœuvre de virement de bord, ces planches permettent l'usage de fixations chaussantes.

Le choix de la planche dépend de la pratique visée.

Plus qu’un troisième type de planche, c’est un nouveau gadget qui est apparu dans le monde du kitesurf depuis 2014. C’est une nouvelle façon de naviguer en kite, grâce à un mat fixé sous la planche au bout duquel se trouve une « aile ». Lorsque le kitesurfeur prend de la vitesse, l'aile crée une portance et maintient la planche hors de l'eau. Ce système permet un frottement minimum entre la planche et l'eau et il est possible de naviguer avec très peu de vent.

 Le harnais transmet la majeure partie de la traction de l'aile au corps du pratiquant, ce qui lui permet de naviguer durablement sans avoir à la retenir par les bras. Il est systématique, contrairement au harnais de planche à voile qui n'est pas impératif. Il y en a deux types : harnais ceinture (ou dorsal),  placé dans le creux du dos ou le harnais culotte : semblable à un baudrier d'escalade.

Le harnais dorsal en kitesurf

Figures

La discipline du freestyle consiste en la réalisation de figures acrobatiques. Il existe cependant deux familles de freestyle en kitesurf : le freestyle old-school où les figures sont réalisées avec l’aile au-dessus de soi, en opposition avec le freestyle new-school où l’aile est en position basse.

Quelques figures de freestyle old-school :

Le Frontloop : Trick basique, le pied situé à l'arrière de la planche agit pour faire tourner cette dernière en l'air lors du saut (on fait un tour latéral sur soi-même).

Le Backloop : Ici, au contraire du Frontloop, c'est le pied avant qui fait tourner la planche.

Le Darkslide : Le kitesurfeur retourne sa planche de sorte à ce que le dessous frotte sur l'eau. L'appui sur l'eau se fait sur chaque bout de la planche. Inutile de dire qu'il faut être un pro pour se lancer... et être souple des jambes !

Le darkslide en kitesurf

Quelques autres de freestyle new-school :

Le Railey : Pour réaliser cette figure, le corps doit se retrouver à l'horizontale par rapport à l'eau. Les pieds vont se lever au-dessus de la tête dans un mouvement de bascule, jusqu'à ce que la planche soit parfaitement parallèle à l'eau.

Figure railey en kitesurf

S-Bend Pass : Figure préférée de Paul Serin, espoir français du Kitesurf freestyle, il s'agit d'une vrille à l'horizontale suivie d'un passage de barre dans le dos.

Figure S bend Pass en kitesurf

Bel Air : Au moment de sauter, le kitesurfeur lâche une main et projette ses pieds au-dessus de la tête dans une pirouette impressionnante.

Le kiteloop : L’aile fait un looping, ce qui donne énormément d’amplitude et de radicalité au saut, le tout à plus de dix mètres !

Les grands spots dans le monde

Le Nordeste du Brésil

Découvrez le spot de Dakhla

Ce pays continent vous offre plus de 7500 km de côtes sur toute sa façade Est et Nord. Avec ses eaux translucides toujours chaudes, ne descendant que très rarement en dessous de 20°C, ses vents forts de juin à février pouvant atteindre 35 nœuds, ses posadas sympathiques et son ambiance festive, le Brésil s’impose comme l’une des meilleures destinations au monde pour le kitesurf. Le Brésil a comme autre avantage de référencer de nombreux centres et professeurs licenciés IKO dans le Nordeste, offrant parfois des cours en français dans des spots très variés avec de vastes lagunes d’eau plate aussi bien que des plages avec de belles vagues, et la possibilité de faire des descentes downwind le long des plages, d’un village à l’autre (randonnées en descendant au vent).

Le spot de Dakhla au Maroc

Voici l’une des plus belles communions qui puisse exister entre le ciel, l’océan et le désert du Sahara. Nous voici à 1500 km au sud de Casablanca, au cœur du désert du Sahara Occidental, là où un lagon de 4 km de long offre les meilleures conditions de navigation au monde, alliant ensoleillement toute l’année, températures de l’eau et de l’air chaudes, des vents qui soufflent tout le long de l’année et dépassant les trente nœuds entre juin et aout, une faible profondeur... L’avantage de ce site est la diversité des conditions possibles en se déplaçant de quelques km seulement, avec un accès à l’océan possible, juste de l’autre côté de la bande de sable… Un spot pour tout le monde, tous les niveaux, toute l’année et tous les budgets !

Le spot du Morne à l’île Maurice

Le Morne est une presque-île du sud-ouest de Maurice surplombée par une montagne (appelée « rocher ») culminant à 555 m de haut. Nous sommes ici dans l’un des plus beaux et charmants endroits du monde, sans même parler de kitesurf. Les eaux émeraude de l’île ont l’avantage d’être circonscrites dans un grand lagon aux eaux calmes et chaudes, entre 23 et 28°C toute l’année. Les vents chauds de l’île (jusqu’à plus de 30°C) peuvent monter jusqu’à 28 nœuds entre mai et août, et offrir de très belles vagues, petites dans le lagon à moyennes ou très grosses sur le récif. Tout le monde y trouvera son compte.

Les grandes stars du kitesurf

De multiples noms se sont illustrés en kitesurf. Comme il existe de nombreuses disciplines (la vitesse, le freestyle, la longue distance, le foil…), il est difficile de les comparer. Voici quelques champions de leur discipline :

Charlotte Consorti débute le kitesurf en 1999 avec le freestyle. C’est néanmoins pour la vitesse qu’elle s’éprandra plus tard et qu’elle brillera. Elle est à ce jour triple championne du monde vitesse et double recordwoman de vitesse. La Française a notamment atteint 50,46 nœuds en 2010, en Namibie, soit 93 km/h.

L'athlète Charlotte Consorti

Maxime Nocher, né en 1994 est un génie du kitesurf, un super recordman de toutes catégories : il s’est illustré dans toutes les disciplines en étant 10 fois champion du monde et 9 fois champion de France. Il détient aussi le record de vitesse de la traversée Corse/continent en 4h13.

En 2008, Bruno Sroka a été le premier et le seul homme à avoir traversé le Cap Horn sur une distance de 100 miles nautiques (186 km). Il a navigué dans des conditions extrêmes de navigation pendant 9h sans s’arrêter. En 2013, il rallie la Bretagne à l’Irlande en 16h40 de glisse, soit à une vitesse moyenne de 30 km/h.

L'athlète Bruno Sroka

Paul Serin, espoir français du kitesurf freestyle a fait sienne la figure du S-Bend Pass (expliquée dans la partie sur les figures). C’est un champion européen de freestyle et quadruple champion de France.

Les principaux événements

Découvrez le spot de Tarifa

Equivalent au WTC de surf (World Championship Tour), a été créé en en 2016 le GKA (Global Kitesports Association) World Tour à l’initiative des marques de kitesurf pour promouvoir toutes les disciplines de ce sport et offrir aux riders une visibilité médiatique efficace. Il se compose de trois étapes :

Mondial du ven à leucate

Leucate accueille tous les ans en avril le Mondial du vent qui s’inscrit cette année dans le GKA World Tour. Le spot de Leucate est un lieu vraiment privilégié car l’orientation du vent permet aux compétiteurs de déclencher leur saut au ras de la plage, juste sous les yeux du public. Grâce à cela, l’interaction entre les spectateurs et les athlètes font du Mondial du Vent une épreuve unique au monde. La compétition se déroule sous forme d’Air Games, c’est-à-dire une liste d’épreuves polyvalentes pouvant s’adapter aux conditions météo. Ce type de compétition vise la diversité de disciplines de kite et valorise les sportifs polyvalents.

Les étapes de Tarifa (fin juin) en Espagne et de Cabarete (République Dominicaine) en juillet se déroulent également sous forme d’Air Games, et se terminent par la nomination des champions du monde GKA femme et homme.

Pour terminer, il faut savoir que les Air Games se déroule généralement en 4 épreuves :

– Saut simple avec rotation du rider et/ou grab de planche.
– Boards-Off : les riders déchaussent la planche au cours du saut tout en réalisant des vrilles.
– Kite loop
– Handle pass : le rider exécute des figures techniques inspirées du wakeboard, avec comme point commun, le passage de la barre dans le dos.